A propos de la réédition de Mai 68 et le mai rampant italien

À l’occasion de la réédition revue et complétée1 de notre ouvrage de 2008 Mai 1968 et le mai rampant italien, nous vous livrons ce petit commentaire critique, resté inédit, sur la première édition2. Nous pensons qu’il reste en grande partie valable même si nous avons apporté des modifications à cette première version.

Pourquoi une nouvelle édition ? Ce n’est pas que la première ait été épuisée puisqu’à l’ère du numérique cette notion n’as plus cours, les tirages pouvant s’effectuer à la commande en flux tendus. Il s’agissait tout d’abord d’apporter des informations supplémentaires sur les luttes de l’époque, aussi bien en France qu’en Italie ; ensuite d’affiner certaines analyses à la lumière de nouvelles discussions et enfin de réaffirmer la nécessité d’une mémoire active des protagonistes des événements de l’époque, alors qu’en France aussi bien qu’en Italie, une mémoire rétroactive semble dominer les débats aboutissant à projeter sur le passé une interprétation de celui-avec des clés du présent. Pour être plus concret et si on s’en tient à l’événement Mai-68 en France, il fait maintenant l’objet d’une tentative d’appropriation mi-universitaire mi-médiatique qui le dissout dans « les années 68 », lui enlevant ainsi son caractère de discontinuité historique qui est le propre d’un événement au sens fort et son caractère subversif d’origine qui a tant fait peur. Ce qui reste alors peut être commémoré, c’est-à-dire le fait qu’il a modifié l’air du temps en accélérant le déclin des vieilles valeurs de la société bourgeoise et l’éclosion des valeurs progressistes de la société capitalisée dans le domaine des mœurs.

Lire la suite →

  1. Jacques GUIGOU, Jacques WAJNSZTEJN, Mai 1968 et le mai rampant italien, L’Harmattan, coll. Temps critiques, Paris, 2018. 471p. – ISBN 978-2-343-14703-1

    Commande au tarif auteur (30 €, port compris)
    Règlement par chèque à l’ordre de J. Wajnsztejn à adresser à :

    Jacques Wajnsztejn
    11 rue Chavanne
    69001 Lyon

    []

  2. Elle devait prendre place sur le site dissidences.net []

La beauté capitalisée

Pour la critique sociale portée par les mouvements révolutionnaires historiques, l’art n’a que rarement été considéré comme un terrain de lutte décisif. Si la question des « modes de vie » est toujours restée, aux yeux des militants comme des théoriciens, une dimension politique et morale essentielle, la transformation de la vie quotidienne et notamment son cadre esthétique devait quasi automatiquement accompagner la dynamique révolutionnaire. Bolchevisme et national-socialisme promurent un art d’État qui accroissait leur pouvoir sur la société mais il resta un art relativement séparé des rapports sociaux concrets et quotidiens de la majorité des individus.

Il n’en va plus de même aujourd’hui avec « l’art contemporain ». Les dispositifs, les installations, les interventions dites artistiques qui occupent les espaces privés et publics visent désormais à produire un effet de « sidération » sur le plus grand nombre. C’est là, pour Annie Le Brun, une des opérations idéologiques autant qu’émotives que l’union entre le capital et l’art conduit à grande échelle. Dans son dernier livre, Ce qui n’a pas de prix, elle expose les causes et les conséquences de cette conquête des sensibilités par ce qu’elle nomme une « esthétisation du monde ».

Dans le texte ci-dessous Jacques Guigou analyse les forces et les faiblesses des thèses d’Annie Le Brun. Comme il y a plus de vingt ans, il avait déjà mis en évidence les mutilations de la vie par « le plaisir capitalisé », il désigne aujourd’hui les ravages de « la beauté capitalisée » telle que la dénonce Annie Le Brun. Toutefois, la forte portée politique des nouvelles notions critiques avancées dans Ce qui n’a pas de prix coexistent avec des fluctuations et des incertitudes concernant la question de la valeur.

Lire la suite →

Art et révolution – hier et aujourd’hui

Ci-dessous un commentaire actualisé de D. Hoss au texte Révolution à titre humain et tension vers la communauté humaine de J. Wajnsztejn paru sur ce blog en mai 2018 proposant, en réponse à plusieurs sollicitations et demandes de précisions, une synthèse de cette double perspective, présente dès l’origine de la revue, de manière implicite ou explicite dans des articles et interventions, mais jamais exposée ainsi dans un même texte.

Lire la suite →

Communauté humaine et communisme

Cet échange entre Guillaume Wagner, Jacques Guigou et Jacques Wajnsztejn nous permet de préciser pourquoi nous avons abandonné la référence au communisme en tant que concept théorique auquel nous avons voulu redonner sa place en tant que concept historique et, à ce titre, concept limité par son lien privilégié à la théorie du prolétariat, un lien qu’il débordait parfois, mais au sein duquel il a été le plus souvent enfermé.
Cet échange est aussi à référer au texte récent de J. Wajnsztejn sur ce blog : Révolution à titre humain et communauté humaine.

Lire la suite →

Cryptomonnaies et stratégies de puissance

L’actuel développement rapide des crypto monnaies engendre dans certains courants dits anticapitalistes ou encore libertaires, notamment canadiens, des espoirs « révolutionnaires » de détournements des puissants supports numériques (les blockchains) mis en œuvre pour créer des crypto monnaies vers « des réseaux d’entraide et d’échanges sociaux » ; une autogestion virtuelle en quelque sorte !
Dès 2004 dans L’évanescence de la valeur nous avons explicité le processus de domination de la valeur par le capital, puis, en 2008, dans Crise financière et capital fictif nous montrons qu’il n’y a pas de déconnexion entre économie réelle et économie financière, mais unité des deux dans l’équivalence de tous les capitaux. La virtualisation des monnaies qui se généralise aujourd’hui est une étape de plus dans ces processus de capitalisation de toutes les activités humaines.

Dans ce contexte, sous publions ci-dessous deux articles :

  • l’un de Jacques Guigou qui critique l’article d’une signataire de la « Déclaration d’indépendance monétaire » ;
  • l’autre de Jacques Wajnsztejn, qui, à partir d’une analyse des opérations actuelles de fusion/acquisition montre que ce qui compte plus que jamais pour le capital c’est d’abord le contrôle stratégique global davantage que la stricte recherche du profit.

Lire la suite →

Mai 68 au fil des jours : les méprises d’une interprétation classiste de Mai 68

Nous publions ci-dessous les commentaires critiques de J.Wajnsztejn à deux textes de J-P.Garnier sur Mai 68. Aujourd’hui, dans certains courants du marxisme et de l’anarchisme l’analyse de Mai 68 en terme de classes sociales semble être réactivée. Sont à nouveau mises en avant les notions de « petite bourgeoisie intellectuelle », de « classe de l’encadrement capitaliste » ou encore « de couches intermédiaires des intellectuels ». On connaissait déjà les confusions et les méprises politiques engendrées par ces notions dans le temps de l’évènement Mai 68 lui-même ; on en mesure toujours plus leur caducité cinquante ans après.

Mis à jour le 23 juillet 2018 avec une réponse de J-P. Garnier intitulé : Mai 68 dans une société sans classes ? Lire la suite →

Mai-68 au fil des jours… lumpenprolétariat, luttes des années 60-70 et révoltes des banlieues

Mai-68 au fil des jours… en écho avec ce qui se publie sur le sujet en ce printemps voici un complément à la brochure Mai 68 à Lyon : Trimards, Mouvement du 22 mars et mémoire rétroactive annexe au livre Mai-68 à Lyon. Retour sur un mouvement d’insubordination. Sort aussi notre nouvelle version de Mai 68 et le mai rampant italien.

Lire la suite →

Une thèse émeutiste

L’insurrection qui vient tardant à se manifester, il fallait réactiver la prophétie de l’émeute et signifier qu’elle est désormais primordiale. La prophétie, qui arrive cette fois de Californie, est énoncée par un universitaire doublé d’un militant des actions Occupy : Joshua Clover. Si l’on en croit un entretien avec l’auteur de L’émeute prime (Entremonde, 2018) lisible en ligne, Clover cherche à réhabiliter les émeutes comme forme de lutte politique à part entière. Les réhabiliter dit-il, car les marxistes les ont traitées par le mépris, eux qui ne voient en elles que spontanéisme et aveuglement stratégique. Lire la suite →

Révolution à titre humain et tension vers la communauté humaine

Ce qui devait être une réponse à deux lecteurs abordant les mêmes questionnements s’est transformé, en cours de route, en un petit texte qui, nous l’espérons, apportera quelques éclaircissements par rapport à des notions que nous employons régulièrement, mais qui restent parfois obscures ou même sujettes à discussions entre nous.

Lire la suite →