Quelques remarques sur la lettre de J.-M. Royer à J. Rancière

La lettre de Jean-Marc Royer à Rancière a été publié dans le numéro 228 du site Lundi matin


Bourdieu comme Rancière confondent méthode exemplaire du pouvoir et lutte exemplaire des grévistes. On peut effectivement dire que la méthode de la réforme des retraites de Macron est « exemplaire » car premièrement elle n’attaque pas tout le système de protection sociale de front comme la réforme Juppé de 1995 s’y était au contraire attachée ; deuxièmement parce qu’elle ne s’attaque pas directement à la retraite par répartition qui, quoiqu’en dise Rancière, continuera à être le régime principal de retraite (mais par points), la capitalisation devenant obligatoire pour les salariés dont les revenus dépassent 120 000 euros par ans puisqu’ils sortent de droit et de fait du régime général (encore un autre « régime spécial » ?) ; troisièmement parce qu’elle est présentée comme plus égalitaire, car plus universaliste que le système ancien jugé particulariste avec sa profusion de régimes spéciaux, d’où l’adhésion au projet d’origine de la part d’une CFDT qui prône depuis longtemps une prise en compte des nouvelles conditions du salariat (chômage structurel, ubérisation de la force de travail, nouvelles formes de pénibilité) quand la CGT raisonne encore comme au temps des « forteresses ouvrières » qui ont été démantelées ; enfin quatrièmement, parce qu’elle sème le trouble dans les esprits puisqu’il n’y a pas deux experts qui s’accordent (cf. aussi le récent avis du Conseil d’État) sur le sens principal de la réforme et ses effets. Par exemple les discussions autour de : avantage ou désavantage du projet pour les femmes donnent lieu à des matchs qu’aucun arbitre ne peut démêler. Il en est de même chez les statisticiens pour qui la réforme doit profiter aux plus pauvres (la mesure des 1000 euros minimum), alors que les politiques doutent de la réalité de la mesure ; et qu’elle devrait défavoriser les plus riches, mais que le gouvernement n’a pas encore révélé toutes les implications de la réforme sur ces derniers pour ne pas oblitérer sa campagne électorale en direction de ces catégories.

Quoi qu’il en soit, toute « exemplaire » que se veuille la réforme, cela n’a pas empêché deux erreurs de la part du gouvernement, l’une sur les éléments « paramétriques » du financement, l’autre sur l’âge pivot. C’est ce qui amené la CFDT à rompre ses liens privilégiés avec le pouvoir.

Si la méthode du pouvoir est « exemplaire », celle de ses opposants ne l’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire. En effet, ces derniers ne semblent pas avoir tenu compte des luttes de ces dernières années : aucun compte de la défaite de la grève précédente à la SNCF dont la radicalité s’est en quelque sorte exercée en vase clos, sans lien d’aucune sorte avec les usagers et le reste des salariés ; et aucun compte non plus de ce que le mouvement des Gilets jaunes révélait, à savoir l’épuisement si ce n’est la caducité des formes traditionnelles de lutte. La grève, quelle que soit sa forme, ne peut plus être la panacée à laquelle on se rattache coûte que coûte. La grève générale est devenue un slogan toujours plus éloigné du terrain et donc invoquée le plus souvent par des non-salariés ; et la grève reconductible par secteur détachée du contexte de la grève générale, une façon d’échapper par le haut aux temps forts des syndicats. Mais au risque de l’isolement et à une situation de grève sans grévistes où les anciennes caisses de grève sont remplacées par des « cagnottes » qui renforcent l’idée d’une grève par procuration.

Alors que les mesures étaient annoncées et connues à l’avance par les syndicats, ceux-ci ont tout fait pour que les Gilets jaunes restent dans l’isolement et qu’une lutte générale contre les inégalités et pour l’urgence sociale n’englobe pas une lutte partielle sur les retraites, mais que cela soit l’inverse. Plus qu’une question de principe, on avait affaire ici à une question de préséance qu’il fallait absolument rétablir. Il leur a donc fallu d’abord endiguer le danger extérieur, ce qui leur était en partie étranger et qu’ils ne comprenaient pas avant de tenter de reprendre la main dans le cadre d’un mouvement plus ciblé et canalisé, mais donnant l’impression d’être plus large.

La grève et les manifestations sur les retraites sont restées de l’ordre de ce qui était attendu par les syndicats comme par le pouvoir, à l’inverse de l’interruption (Rancière) produite par le mouvement des Gilets jaunes. En fait la grève, hors Paris avec la RATP, n’a, elle, rien interrompu du tout. Un intervenant sur Lundi matin a d’ailleurs fait remarquer la différence avec 1995. En effet, ce qui est marquant, c’est que même à Paris et au plus fort du mois de décembre, rien n’était bousculé et on pouvait marcher dans Paris (et ne parlons pas de la province où la grève des transports a entraîné peu de perturbations, sauf dans certaines villes comme Montpellier1 ), « se promener » dans les gares sans que la moindre intensité de situation ne se révèle, en dehors de la bousculade des heures de pointe où ce qui était arrêté était partiellement remis en marche. Quant à la SNCF, la gestion informatique de la grève par la Direction limitait tout contact entre salariés-grévistes et salariés-usagers. Finalement ces derniers n’avaient de contact, comme dans le métro d’ailleurs, qu’avec des salariés non grévistes et une nuée de supplétifs occasionnels sortis de nulle part et chargés d’orienter, d’endiguer et d’encadrer.

Les médias se sont esbaudis sur « la base » qui s’auto-organiserait en dehors ou par-dessus les syndicats, mais s’auto-organiser pour quoi si c’est pour rester dans le légalisme syndical, les préavis, la défense de l’outil de travail, les manifs plan-plan ? Quoiqu’on entende, on peut dire qu’il n’y a pas eu « giletjaunisation » du mouvement de grève, tout juste y a t-il eu giletjaunisation du cortège de tête dans les manifestations. Que l’UNSA puisse parler de syndicalistes giletjaunisés pour parler de certains éléments de sa base (cf. le journal Libération du 14 février), nous paraît peu significatif. Cela s’est produit à la marge et en défiance des directions, mais cette défiance interne nous paraît moins grande qu’en 1986 au moment des Coordinations. La plus grande défiance est aujourd’hui externe et se traduit surtout par une désyndicalisation dans laquelle passivité/grève par procuration d’un côté et radicalisation autonome (cf. « La Base » à la RATP) coexistent dans des proportions variées suivant les secteurs et les moments.

Pour sa part, la CGT a très bien compris qu’elle n’avait plus la force de « mener » les grèves à la baguette. Pendant des années elle a tenté de résister aux critiques contre l’organisation bureaucratique et verticale de la lutte, mais petit à petit elle a changé son fusil d’épaule et les assemblées générales ouvertes et les « interpros » artificielles lui servent dorénavant d’exutoire à la contestation de son monopole directionnel. Cela donne du grain à moudre à la « démocratie ouvrière » puisqu’il n’y aurait plus de grain à moudre sonnant et trébuchant. Comme les grévistes, elle reste dans une vaine bataille de forme, sans dépassement.

Bourdieu et Rancière sont des fidèles du mouvement ouvrier, de l’idéologie du travail, de son aristocratie ouvrière et de l’idéologie du service public type Conseil national de la Résistance (CNR). Ce n’est pas par hasard qu’ils saluent les « soldats du travail » et du service public que sont les cheminots, de la même façon que Sartre ne voulait pas « désespérer [les ouvriers de Renault] Billancourt ». Cela n’a rien d’étonnant pour Bourdieu qui figure encore à l’époque (1995) l’intellectuel de gauche engagé, mais acritique par rapport au mouvement ouvrier et à ses organisations traditionnelles ; ce l’est plus pour Rancière qui, tout en se rattachant au fil rouge des luttes de classes et à l’histoire populaire, célèbre par ailleurs les « sans parts » et les individus qui aujourd’hui se trouvent rejetés ou non reconnus dans cette même histoire populaire, tels les sans-papiers, mais aussi les Gilets jaunes qu’il inclut dans cette catégorie, bien qu’avec une certaine réticence.

De sa part, on ne peut que s’étonner du fait qu’il soit tant question de solidarité y compris dans le temps, alors que le régime de retraite issu du CNR et du gouvernement d’union de 1945 reproduit les inégalités inhérentes à la division capitaliste du travail, qui sont actées au sein des grilles Parodi du gouvernement gaulliste-communiste de l’époque2. Certaines étaient certes reconnues comme celles liées aux conditions de travail et à l’espérance de vie (d’où les régimes spéciaux), mais d’autres non comme les inégalités de salaires, inégalités qui augmentent avec l’âge et donc au moment de la retraite à fortiori pour les salariés qui ont eu une carrière régulière. La notion de solidarité dont il est question ici est donc bien plus intergénérationnelle (entre jeunes et vieux) qu’intra-générationnelle (entre les retraités). Elle est très éloignée de l’idée d’égalité qui semble pourtant être au cœur du projet politique d’ensemble de Rancière.

Rancière décrit rapidement la fin des collectifs de travail et ses incidences sur les régimes de protection, ici de retraite.  Mais il y voit une sorte de plan machiavélique d’un capital devenu « mauvais » après avoir été bon, sûrement sous influence néo-libérale et financière. Les restructurations des années 1980 et le processus de substitution capital/travail qui s’en est suivi pour des raisons d’augmentation de la productivité n’étant pris en compte que dans ses effets sur les « stocks » de travail et non sur les « flux », les entrants sur le marché du travail et les chômeurs deviennent de fait quantité négligeable. « La retraite » est isolée du reste pour être considérée comme un effet du contrat social antérieur, comme un droit des actifs bien méritants qui serait attaqué et qu’on devrait défendre. Pris par ce bout, la question de la retraite est retranchée de celle d’une urgence sociale nécessitant de descendre dans la rue avec une grande détermination.

Une urgence sociale qui se situe ailleurs comme l’ont montré les Gilets jaunes.

Pourtant, le rapport entre travail et retraite n’a rien d’évident. À l’échelle historique, il est récent tout comme l’idée de droit à la retraite. La concordance entre les deux que supposait la sorte de contrat implicite sous-tendant le système par répartition n’a été effective, dans les faits, qu’une vingtaine d’années entre 1975 et 2000. En effet, avant les années 70 la prise de retraite (à 65 ans était trop tardive pour que les métiers manuels majoritaires à l’époque puissent en profiter3 (d’où la mise en place des « régimes spéciaux ») et aujourd’hui elle est « trop » précoce par rapport à l’espérance de vie. Et cela, que l’on se place dans la perspective marxiste de la retraite comme « salaire différé » (en toute logique il faudrait augmenter beaucoup les salaires et baisser relativement les pensions) ou dans la perspective capitaliste keynésienne d’un donnant-donnant de cotisations/prestations (ou en toute logique il faudrait retarder l’âge de la retraite). En d’autres termes, néo-libéralisme et finance (ce qui serait pour certains la « part maudite » du capital) ne sont pas ici les moteurs du processus en cours. Ils peuvent bien sûr s’y greffer, mais Black Rock n’en veut pas à « notre » argent. Il ne s’occupe que de celui des plus riches.

L’opposition entre travail et vie est salutaire par rapport à l’oubli qu’en font Bourdieu comme Rancière, mais dans les termes qu’utilise Jean-Marc elle me paraît souffrir des mêmes faiblesses que la critique du travail que nous portions (les petits groupes informels sortis de l’ultra-gauche ou de l’anarchisme historique) dans les années 70 (ou aujourd’hui, mais encore de façon bien plus abstraite par « l’école critique de la valeur »). Il n’y a pas le travail d’un côté au sens du tripalium (référence qui est la tarte à la crème des « radicaux » depuis les situationnistes des années 60) et l’activité libre de l’autre ou encore l’activité qui se cacherait sous le travail, autre énoncé à la mode radicale au début des années 80 (cf. les revues La Banquise, puis Le Brise glace), mais une activité générique contradictoire qui, « pour revenir sur terre » permet de comprendre que pendant longtemps le fait d’aller « au chagrin » le lundi matin n’était pas contradictoire avec faire correctement son métier le mercredi, tout ça dans une aliénation et une exploitation qui n’empêchait pas les pratiques de « perruque », attendre le vendredi avec impatience, espérer simultanément avec envie et angoisse la retraite, etc.

Cette critique du travail s’est effondrée du jour où ont été battus les mouvements de refus du travail (et particulièrement et en dernier lieu en Italie dès 1973) et que c’est le capital qui s’est mis lui-même à la critique du travail par un mouvement de restructuration consistant en une massive substitution capital/travail (ce que l’on a pu appeler, à l’époque, le « nihilisme du capital »).

Ce que veut dire Rancière, mais « à l’ancienne », donc en se situant dans le ton du mouvement ouvrier classique, c’est que tout cela formait un tout et que ce tout n’existe plus et il le regrette ; le problème c’est qu’il positive ce processus qu’il aurait suffi, selon lui, de remettre sur ses pieds comme disait ce bon vieux Marx.

Mais dans ce que nous appelons la société capitalisée, le temps de la « vie » est aussi colonisé que le temps de travail, ce qui ne l’empêche pas de sans cesse augmenter quantitativement sans que pour cela il se désaliène forcément. C’est effectivement le propre de mouvements comme celui qu’on vient de connaître avec les Gilets jaunes qui permet de penser possible un temps qui ne soit plus à remplir ou à occuper à tout prix, mais un temps où on ne compte plus son temps et/ou on ne perd plus son temps. À un niveau plus restreint, mais plus complet : l’expérience de la lutte contre l’aéroport de NDDL, mais nous ne sommes pas au Chiapas. Dans nos pays dominants, il n’y a plus de bases arrières depuis longtemps et les agriculteurs ne sont plus des paysans, mais des individus qui entretiennent encore un contact avec la terre ; un contact abstraïsé par les technologies agricoles et agronomiques. Sur cette base, il est logique que la plus grande part d’entre eux demandent des subventions à L’État où à l’Union européenne afin de mieux s’intégrer aux filières « compétitives » et de bénéficier d’un mode de vie urbain salarié (confort, vacances et retraites).

En dehors des mouvements de lutte donc point de salut sauf à attendre la « crise finale marxiste » ou la catastrophe climatique, mais de là à parler de « mouvement exemplaire » il y a un pas… qu’on peut refuser de franchir.

Si l’on prend le mouvement des Gilets jaunes, ce que l’on peut dire, de l’intérieur, à la réflexion aujourd’hui, c’est que ce n’est déjà pas si mal qu’il ait été un « analyseur » de la crise de reproduction du rapport social capitaliste. Cela relève de son initiative et cette crise il la rendu manifeste. Il y a eu comme un dévoilement sans que cela prenne le chemin long et aride d’une prise de conscience. Tout à coup quelque chose lui a sauté aux yeux.

Rien de tout cela dans le mouvement sur les retraites où l’initiative revient en fait au pouvoir et aux fractions modernistes du syndicalisme (CFDT surtout) de jouer les lanceurs d’alerte sur une situation de plus en plus irreproductible et explosive, que les opposants à la réforme, en toute logique politique, ne devraient pas vouloir continuer à reproduire, mais révolutionner… et pourtant.

Si on ne lit plus et qu’on n’entend plus aujourd’hui de grandes envolées sur « l’auto-négation du prolétariat », c’est que dans le contexte actuel, il apparaît déjà bien improbable, pour le plus grand nombre, de scier la branche sur laquelle on est assis.

Non, nous n’avons pas que nos chaînes à perdre et chacun de calculer sa prise de risque face au patron, face à l’administration, face aux LBD et aux forces de l’ordre. C’est aussi pour cela qu’il faut répéter qu’en dehors des luttes pas de salut, car c’est le seul espoir que ce « calcul » s’effectue sur une base plus collective qu’individuelle. Mais c’est à double tranchant.

Jacques Wajnsztejn, le 14 février 2020

  1. Les salariés des transports n’y bénéficient pas du « régime spécial » de la RATP. []
  2. Sur ce point, cf. le n°11 d’Interventions : « Flexibilité à la française : l’improbable régulation du rapport social capitaliste » (2013) ; et surtout : « Quelques compléments et retours à propos de l’ANI (Accord national interprofessionnel) », les deux disponibles sur le site de la revue Temps critiques. []
  3. La revue scientifique Population nous donne des chiffres pour 1960 : espérance de vie à la naissance : pour les manœuvres : 59-62 ans ; pour les mineurs : 58-61 ; pour les ouvriers : 63-65 en fonction de la qualification ; employés : 68-70 ; commerçants : 65-67 ; professions libérales : 72-74. []

Comment les luttes actuelles ont finalement rejoint leur « canal historique »

Avec le recul que donnent plus de deux mois de lutte se font jour les limites d’une grève forte, du moins dans les deux secteurs qui l’ont initiée (RATP et SNCF), mais limitée par un cadre prédéterminé et restreint : celui des retraites. La différence est frappante entre un mouvement qui se veut radical dans son opposition à un projet de l’État, mais qui ne fait que réagir sans porter la contestation à un autre niveau ; et le mouvement des Gilets jaunes qui à l’occasion d’une mesure conjoncturelle, a priori anodine, d’augmentation du prix du carburant a saisi cette opportunité pour prendre l’initiative et lancer une révolte posant la question des conditions générales de vie et de leur supportabilité. Que les Gilets jaunes n’aient pas « gagné » ne change rien à l’affaire ; ils n’ont pas non plus été battus et tout le monde s’y réfère encore soit pour les louer soit pour les vomir. On peut dire que la question qu’ils ont posée hante encore tous les puissants et leurs affidés.

Le mouvement sur les retraites pose lui aussi des questions, mais c’est comme s’il ne se les posait pas aussi à lui-même. Du fait de cette autolimitation, il n’a pas d’autre choix que celui de s’enfoncer dans un bras de fer contre le gouvernement avec un rapport de forces plus qu’incertain puisqu’il laisse de côté des fractions de la population dont les conditions sont les plus précaires. Ces dernières, qui ont été ou auraient pu être des Gilets jaunes, sont seulement appelées à rejoindre les personnes « vraiment mobilisées », c’est-à-dire les grévistes, pour des actions ou manifestations qui retrouvent ou reproduisent la routine des pratiques syndicales et militantes. La prolifération de ce qui relève plus de l’effet d’annonce que de l’action proprement dite donne le tournis au point qu’on pourrait même se laisser aller à rêver qu’on est à la veille d’une révolution, alors que la plupart de ces rendez-vous ne concernent qu’une poignée d’individus et de militants, souvent les mêmes1. Ce qui demeure de l’évènement Gilets jaunes n’échappe pas à ce processus de délitement qui les voient « acter » chaque samedi leur survivance sans autre effet que de maintenir des forces de police en alerte.

La base de ces rendez-vous reste inchangée, c’est celle de l’agitation sur le retrait de la réforme et la défense des conditions existantes. Cela montre à quel point et contrairement à ce que disent des journalistes, sociologues ou politologues, il n’y a pas de « giletjaunisation » du mouvement, ni au niveau de la forme où l’organisationnite remplace la spontanéité de la révolte ; ni dans le contenu, car ce ne sont pas les conditions générales de vie qui sont posées et par conséquent mises en question. Chacun reste sur la base de son métier — quand celui-ci en mérite encore le terme dans une société capitalisée qui tend à transformer tout travail vivant en travail simple et auxiliaire de la puissance technologique. Vu les restructurations industrielles et l’automatisation de nombreux services, autant dire que ces situations professionnelles ne concernent guère plus que le secteur public ou certaines professions libérales au statut relativement dévalorisé (avocats, médecins hospitaliers) par leur augmentation en nombre et la concentration géographique de leurs membres.

Un impensé lourd de conséquences : la crise de la centralité du travail

Les luttes sur les retraites proprement dites n’ont véritablement commencé qu’en 2003 et à un moment où, parallèlement, ce qui émergeait, sans être explicitement posé, sauf par de petits groupes critiques, mais sans influence sur le terrain, c’était la perte de centralité du travail vivant dans la valorisation capitaliste, avec l’accélération du processus de substitution capital/travail et en conséquence l’inessentialisation de la force de travail. C’est approximativement aussi à cette époque que l’État a pris les premières mesures pour « compenser » la mise hors circuit de plus en plus d’individus qui ne cochaient plus les bonnes cases (création de la CMU, du RMI) sans pour cela céder sur un revenu d’existence garanti (cf. la réponse de Jospin au mouvement des chômeurs en 1998 et son refus d’une « société d’assistance »).

Cette crise de la centralité du travail s’est répercutée sur la conscience de ce que représente aujourd’hui la retraite. Comment les jeunes précarisés et les chômeurs pourraient-ils et surtout voudraient-ils rejoindre le mouvement actuel qui ne fait que défendre des catégories ou professions « garanties », alors qu’eux-mêmes sont des produits de la segmentation du marché du travail et de sa différenciation profondément inégalitaire ?

Jeter sa blouse et après  ?

Il semble extraordinaire et positif à certains que des « personnels » jettent tout à coup leur vêtement de travail (ou leurs instruments de travail pour les enseignants) à la figure de leurs ministres. Là encore, transparaît la différence entre cette geste actuelle et celle de l’année dernière où des individus n’avaient tellement rien de signifiant à jeter qu’ils ont au contraire enfilé une sorte de vêtement censé les faire exister ou au moins les rendre visibles. À l’inverse, dans le mouvement des retraites il ne s’agit que de montrer son mécontentement de l’offense faite à la profession et de se rhabiller ensuite si l’on obtient satisfaction. Ce qui pose problème à ces « personnels », c’est de ne plus être considérés que comme des travailleurs comme les autres. C’est leur perte de statut. En effet, il n’est pas question pour eux de jeter une bonne fois pour toutes ces vêtements ou instruments de travail en ce qu’ils ont de symboliques, puisqu’ils sont encore un peu le signe d’une position sociale reconnue. Ils restent dans la posture que procure la « position » et cela d’autant plus quand le fait de se mettre en lutte est tellement inhabituel dans leur secteur qu’ils en retirent un surcroît de prestige.

Combien sont prêts, parmi eux, à abandonner des différenciations de salaires à leur profit pour un même travail ? Pour ne prendre que l’exemple le plus extrême, combien d’enseignants agrégés au salaire plus élevé que les enseignants certifiés, tout en ayant 3 heures de cours en moins par semaine, sont prêts à accepter le passage à un horaire égal (donc en hausse pour eux et en baisse pour les autres)2 ? Et on ne parle même pas d’une réévaluation égalitaire des salaires dont l’écart ne va faire au contraire que croître avec l’ancienneté et a fortiori pendant le temps de retraite3!

Dans le cadre plus étroit de la réforme des retraites le « Tous ensemble », slogan repris de 1995, sonne faux car il recouvre, pour ne pas dire cache, des situations de plus en plus diverses et où l’unité ne peut, au mieux, que se réaliser dans la phase ascendante du mouvement, chaque catégorie pouvant espérer peu ou prou profiter d’une victoire ou au moins du recul du gouvernement. Mais dès sa retombée, la prétention du « Tous ensemble » laisse transparaître son artificialité où c’est le sauve-qui-peut et le chacun pour soi qui domine.

C’est ce à quoi on a assisté avec des négociations séparées qui ont été entamées dès le début des grèves, mais dans la plus grande discrétion puisque le gouvernement tenait publiquement la ligne d’un projet non négociable. Jusqu’à ce que soient rendus publics leurs résultats, à savoir la mise en place de toute une panoplie de régimes dérogatoires au projet de réforme concernant de nombreuses catégories ou professions. Les pompiers en sont pour le moment les derniers bénéficiaires après leur coup de sang contre les forces de l’ordre.

Mais on peut être aussi étonné par des déclarations pour le moins décalées comme celle du représentant CGT des éboueurs de Paris qui a annoncé à la presse que les éboueurs étaient prêts à prendre la relève des cheminots ou traminots, alors que jusque-là, conscients de sa responsabilité ce syndicat avait freiné des quatre fers pour que Paris ne se noie pas dans sa propre « merde » (sic…) et par des annonces syndicales et médiatiques selon lesquelles de nouveaux secteurs entreraient dans la grève. Voilà bien une drôle de conception de la grève générale !

C’est peut-être la seule surprise de ce mouvement de grève car, pour le reste, il n’a effectué, pour le moment, aucun véritable pas de côté. On est resté dans les clous de ce qui est attendu par le pouvoir et tolérable pour les syndicats. Aucun dépassement de « fonction », excepté de la part d’enseignants qui prennent la responsabilité de bloquer le passage des épreuves de contrôle continu (E3C) en lien plus ou moins étroit avec des lycéens. De fait, cette initiative bouleverse le « bon ordonnancement des choses » en ce qu’elle oblige tout le monde à se déterminer ; l’administration, bien sûr, qui doit décider si elle fait intervenir la police ; et les parents qui s’émeuvent d’une épreuve passée dans de telles conditions et de ce que cela signifie d’un point de vue politique plus général. Mais en l’état actuel de la situation, ces pratiques restent très minoritaires, aussi bien chez les enseignants que chez les élèves et la répression peut s’exercer comme du reste on a pu s’en apercevoir depuis mi-janvier.

Ce mouvement est prédéterminé par des présupposés de « l’ancien monde » qui l’inscrivent dans des négociations entre partenaires sociaux. Un paritarisme qui est, de fait, réduit comme peau de chagrin par les tenants du « nouveau monde » ; dès lors, le mouvement ne pouvait même plus représenter une force syndicale. Il ne pouvait agir que comme groupe de pression et de défense des « acquis sociaux » dont la retraite par répartition, les régimes spéciaux et les services publics. Cela n’impliquait pas forcément son échec, mais restant sourd aux transformations fondamentales du capital seulement considérées comme néo-libérales, il y a trouvé sa limite : l’incapacité à entraîner avec lui les fractions les plus prolétarisées de la force de travail. Par ailleurs, la masse des Gilets jaunes ne s’y est pas plus reconnue, même si sa fraction la plus résistante a essayé de jouer son rôle au sein des cortèges de tête.

Le mouvement sur les retraites a certes refusé le « dégagisme » des Gilets jaunes, par trop « populiste » pour lui, mais cela a été pour reproduire la vieille séparation entre ce qui est du domaine syndical et ce qui est du domaine des partis politiques : voilà les municipales et l’idée que tout cela : la grève et « l’opposition » majoritaire au projet, va se traduire dans les urnes.

Le résultat en a été de lui ôter toute force politique autonome.

Temps critiques, le 12 février 2020

PDF : Comment les luttes actuelles ont finalement rejoint leur « canal historique »


Des échanges ayant fait suite aux premiers envois du présent tract :


Je voulais juste revenir sur un point de ton article. Il est difficile d’affirmer que la contestation contre les E3C est minoritaire. Elle correspond à 40 % des personnels. Mais le rectorat avait mis en place un protocole permettant de faire passer les épreuves :sujets choisis par les inspecteurs, surveillance par du personnel extérieur et copies numérisées. Le rectorat était fort de son expérience du dernier bac.
Fait aussi marquant à Toulouse, l’appel des syndicats et l’appel des gilets jaunes se sont fait à des heures différentes les jours de manifestations. Il y a eu une véritable rupture à partir du 7 janvier.

Salut Jacques et à bientôt.



MERCI BEAUCOUP !

Bonne analyse de cette probable dernière grève du vingtième siècle qui s’est déroulée près de vingt ans après la fin de ce vingtième siècle !

Patrick



Oui et cela marque bien en quoi l’idée de « convergence » de 2018-19 était un leurre que les fractions de gauche des syndicats venaient vendre aux Gilets jaunes.

Comme nous le disons aujourd’hui dans notre dernier texte, la lutte est retourné à son canal historique. Or, si tu vas un peu plus fouiller dans nos textes sur notre site tu verras que nous y défendons l’idée d’une rupture définitive de ce qui a pu être appelé « le fil rouge des luttes de classes ».

Rejouer à renouer le lien comme l’a essayé ce mouvement de grève est de ce point de vue mortifère même si, pour beaucoup, tout cela se fait de bonne foi.

Bonne soirée,
Jacques W



Merci camarades (!) pour cet effort d’analyse et d’écriture.

Mon grain de sel :

Paradoxalement, c’est le gouvernement qui, peu à peu, dans la durée du mouvement de grève de la SNCF et de la RATP a réussi à apparaître comme le défenseur de l’intérêt général et les grévistes comme les empêcheurs de se déplacer librement car ils n’ont pas défendu le service public du transport…mais l’ordre social issu de la CNR.

Les grévistes n’ont pas imaginé le transport gratuit ne serait que le temps d’une journée de grève! mais dès lors les vélos, la marche à pied pour le folklore parisien se sont développés et surtout l’habitude du « covoiturage » -le chiffre d’affaire de blablacar a quadruplé sans redescendre significativement après la grève-, et des cars Macron qui d’après les rumeurs (à vérifier) en ont profité pour augmenter leur tarifs. Et la SNCF et la RATP auront perdus des « clients ».

…alors que la libéralisation, de tout, prônée par le gouvernement actuel en a profité pour faire un pas en avant.

Eric G.



Eric,

Nous avons beaucoup discuté avec des cheminots, ils sont incapables de se poser les questions en ces termes. J’ai côtoyé des cheminots gilets
jaunes pendant un an l’année dernière, plusieurs fois par semaine ; à part un ils étaient incapables de se présenter comme autre chose que cheminots, à l’AG Gilet jaune par exemple, alors que le propre du mouvement était, entre autres, de ne pas mettre en avant le travail et surtout le métier mais les conditions de vie en général. De fait ils cherchaient à impressionner une assemblée disparate, populaire mais peu ouvrière du haut de leur position d’aristocratie ouvrière. Le plus paradoxal étant que comme il y a proportionnellement de moins en moins de « roulants » à la SNCF on se demande un peu à partir de quoi ils peuvent bien se prévaloir de cette position, surtout quand ils ont moins de 40 ans …

Pour eux ce qui compte c’est 1° la « convergence » … sur leur base, c-à-d comme tu le dis celle du CNR (deux d’entre eux étaient présents
par exemple mardi soir à l’appel d’une coordination Croix-Rousse pour une sorte d’hommage qui ne disait pas son nom à Ambroise Croizat « l’inventeur de la Sécu » !) dont ils ne risquent pas de rencontrer des salariés du privé et encore moins des chômeurs ; la radicalisation de la forme de la lutte et non de son contenu (la grève reconductible comme panacée).

Voilà pour le moment,
Bien à toi,

JW

  1. Cf. par exemple une semaine d’agitation à Lyon telle que présentée (à la fin de l’article : https://rebellyon.info/Battre-le-pave-tant-qu-il-est-chaud-suivi-21801) sur les listes du groupe Lyon-centre des Gilets jaunes (dont personne ne sait plus qui l’anime) et où on trouve concentré tout ce que le mouvement des Gilets jaunes avait su éviter : appeler « en lutte » le simple fait de se réunir, affirmer de fait ses particularismes (non-mixité, écriture inclusive) alors qu’on a sans arrêt l’unité à la bouche, donner une ampleur étudiante à un mouvement quasi inexistant dans ce secteur et enfin faire passer ses intérêts corporatistes à l’intérieur d’un mouvement général (cf. blocage du siège patronal de la métallurgie, l’UIMM, pour « gagner une convention collective de haut niveau »). []
  2. Quand en 2000, Allègre, alors ministre de l’Éducation nationale du gouvernement Jospin, a proposé cette mesure, cela a été un tollé quasi général de la part des syndicats… []
  3. Même constatation avec les danseuses de l’Opéra de Paris qui ne sont pas prêtes à inscrire à leur régime de retraite spécial extra-large leurs collègues des sept opéras de région. Et pourtant là encore tout le monde de se congratuler au cours des manifestations parisiennes quand elles produisent leur spectacle, car de même que la lutte des Gilets jaunes étaient « négativée », celle-ci est positivée. D’un côté, elle ne fait pas peur au pouvoir ; de l’autre elle conforte l’idée fausse d’une opposition générale au pouvoir. C’est du « gagnant-gagnant » à la mode syndicale. []

Compte rendu de la manifestation du 16 janvier 2020, Lyon

11h30 Manufacture des tabacs

Environ 8000 personnes soit la moitié du jeudi précédent. Cortège de tête en baisse dans les mêmes proportions avec environ 2000 personnes composée des Gilets jaunes en assez grand nombre puis les « indépendants » ou manifestants « en liberté » autour des Gilets jaunes. Le bloc en noir ne se mettra en place que progressivement.

Un assez gros groupe plus ou moins étudiant suit derrière une banderole contre la réforme, mais il hésite à rester coller en arrière à la manif CGT ou à se coller avec l’avant ce qui fait que l’avant de la manif n’arrêtera pas de freiner car elle avance à une vitesse Gilets jaunes.

Le camion CGT a appelé en début de manif le ban et l’arrière ban des syndicats pour arriver à trouver deux personnes par syndicat pour faire le SO de la manif syndicale. La CGT est toujours dans l’ouverture et une forme de déconfiture si l’on peut dire puisqu’elle en appelle non seulement à la CNT, ayant fait ce qu’il faut pour « en être », mais aussi la CNT-SO dont à peine dix manifestants doivent savoir qui ils sont !

La manifestation part avec une heure de retard, normal, tactique CGT pour récupérer les intermittents de la manifestation qui sortent du boulot entre 12 et 14H ce qui permet de gonfler les chiffres.

Pas un uniforme aux environs. La police ouvre peut être le bal, mais de très loin et personne sur les trottoirs ni dans les rues perpendiculaires adjacentes.

Tension zéro dans la manifestation. Saxe-Gambetta se passe sans incident, Place du pont de même ainsi que Fosse aux ours les lieux d’accrochage habituels.

Mais une fois passée le pont de la Guille, l’honneur de la police va être sauf. La présence policière est plus rapprochée et défend le côté de l’ancien Hôtel-Dieu.

Quelques jets de peinture sur la façade de la part de BB qui se protège au-delà du passage de la masse des manifestants de la CGT qui arrivent et les CRS se déchaînes en grenades jetées au ras du sol et en grand nombre. Suffocation générale et charge des bacqueux qui ont surgi de derrière l’Hôtel et ont rejoints la rue de la Barre. Ils attaquent les banderoles en priorité à coups de matraque. Des jeunes résistent. Peu de blessés, mais beaucoup de personnes incommodées. La police barre le passage en direction de Bellecour. Ils sont une trentaine et tout à coup la masse de la manif menée par les gazés de la phase précédente déboule sur eux. Ils n’en mènent pas large et reculent sous les cris de « manifestation solidaire, on avance » ; « tout le monde déteste la police » et « barrez-vous » ! Ils reculent en plus ou moins bon ordre et comme il ne peuvent tenir toute la largeur de la rue ils se regroupent sur la droite et se réfugient dans une rue adjacente.

Bellecour, dispersion sans incident.

La foule a démontré que, dans les conditions d’un Etat de droit, les violences policières existent surtout parce que justement la masse des manifestants laisse isolée une partie d’entre eux qui deviennent alors des cibles.

Quelques Gilets jaunes vont se retrouver devant le Printemps pour scander : « 10-20-30 % Macron solde les retraites », tandis que d’autres sont partis dans le quartier de la Part-Dieu.

Comptes rendus des manifestations du 9 et 11 janvier à Lyon

Compte rendu de la manifestation syndicale du 9 janvier 2020

Rendez-vous pour départ prévu à 11h30 de la Manufacture des Tabacs

La CGT bien qu’assez en avant et nombreuse voit petit à petit un cortège de tête gonfler de façon incontrôlée. Le cortège classique lui voit des avocats se joindre de façon ostentatoire tandis que les égoutiers sont venus mettre un temps l’ambiance au-devant. Pas moins de 4000 personnes vont constituer le cortège de tête avec toujours les Gilets jaunes à la pointe suivi du black bloc, étudiants et autres quidams ne souhaitant pas être dans le cortège syndical.

La manif démarre avec plus d’une demie heure de retard sur l’horaire officiel. Les flics se font discrets malgré des contrôles et même les bacqueux, un peu trop entreprenant au niveau de la rue Rachais à Garibaldi, s’éclipsent face à une réaction de la foule. A Saxe, encadré par des GM et CRS sans qu’ait lieu un vrai contact, a lieu un peu de casse sur des banques mais ce n’est qu’après vers la rue Auguste Lacroix que les premières lacrymos sont envoyées sur un cortège qui encaisse bien et redémarre malgré des tirs de LBD.

La place de la Guillotière est sous bonne surveillance latérale et après des tags et une attaque de banque on a le droit à une salve de lacrymo à partir de la rue Mortier, vent dans le dos qui va étouffer tout l’avant du cortège de tête. Les plus en avant justement se voient donc coupés du reste de la manifestation au niveau de la place Raspail par un cordon de CRS et de la BAC. Cela ressemble plus à de l’intimidation qu’autre chose car ce cordon se retire après à peine 5 minutes de présence.

La CGT fait barrage à l’arrière pour essayer de scinder la manifestation, mais avec le retrait de forces de police le cortège se réunit, camion sono de la CGT à l’appui donnant même un instant le micro à une Gilets jaunes historique pour redonner de l’entrain aux présents.

Devant l’Hôtel Dieu, au niveau de la rue de la Barre, jets de peinture noire sur la façade. Des personnes forts aimables dans l’Hôtel Dieu font des gestes d’insultes aux manifestants qui s’échauffent et répliquent avec des projectiles. Dégagement du point d’abcès par des CRS,lacrymo à l’appui.

Tout se monde redémarre, la CGT entonnant du « Police nationale, milice du Capital » pour s’échouer tranquillement quelques mètres plus loin sur la place Bellecour bien encadrée.



Compte rendu de la manifestation du 11 janvier 2020 à Lyon

14 h Place du Maréchal-Lyautey

Manifestation intersyndicale et Gilets jaunes avec une grosse présence de la CGT tandis que les autres syndicats n’ont pas vraiment mobilisé ce samedi. La CGT à un service d’ordre, mais cela n’empêche pas du tout les Gilets jaunes et d’autres de se placer devant la tête officielle des « invités » du jour.

14 h 30 on démarre une manifestation qui comprendra jusqu’à 4000 présents avec un arrêt au beau milieu du pont Morand : par et pour le « bloc » qui se forme. Pendant ce temps les Gilets jaunes sont pour la plupart déjà de l’autre côté du pont (avançant à un tout autre rythme que les syndicats). Cela redémarre pour remonter le quai Jean-Moulin direction Bellecour comme annoncé ce qui fait que beaucoup du cortège de tête se rendent compte que la manif va être de courte durée… Mais on sent vite que du coté Gilets jaunes on a gardé ses propres pratiques avec invectives des policiers et tentative d’aller là ou il y a du monde et non des quais désertés : objectif centre de la Presqu’île ?

Première tentative dans une petite rue (rue de l’Arbre-sec ou du Bât-d’Argent ?) avortée assez rapidement, tentative de nouveau aux Cordeliers avec le premier gazage. Première embrouille aussi avec le service d’ordre de la CGT (SO qui prend sa mission d’Ordre au pied et à la lettre) et des personnes du black bloc durant la remonté du quai Jules Courmont. Nouvel échauffement rue Childebert qui ne dure pas et avec la manifestation syndicale qui continue son bonhomme de chemin comme si de rien n’était. S’enchaînent de la peinture sur l’Hôtel Dieu plus quelques tags. On tourne rue de la Barre après avoir vu que la place Antonin-Poncet était inaccessible directement, tout comme le Pont de la Guillotière barré par des barrières. Fermant l’accès à la rue Bellecordière une petite unité de CRS est là comme à portée de main. Une banderole se met bien devant eux et à son abri commencent quelques jets de projectiles. Gros gazage et on ne l’apprendra que le soir, mais une lacrymo est partie dans un appartement en hauteur face à la rue Bellecordière (une vidéo à fait le tour d’internet).

La CGT, une fois les gaz retombés, reprend son cours normal pour aller sur Bellecour.

À Bellecour une banderole qui a correctement manœuvré tout le long de la manif, avance et on se dit qu’on va tenter de repartir avec elle. Celle-ci se fixe devant la rue Émile Zola où les Gendarmes mobiles vont servir d’exutoire pendant de longues minutes, eux gazant pour se dégager. La banderole et une masse de manifestants en noir reculent vers le centre de la place Bellecour et se font rapidement attaquer par des CRS, gaz à l’appui, qui ne veulent pas les laisser se disperser trop facilement.

On se retourne et là embrouille au motif peu clair entre Gilets jaunes et cégétistes a priori du SO (?) mais assurément dont la jauge d’acceptation de pratiques qui ne sont pas les leurs à atteint, semble-t-il, le maximum aujourd’hui, alors que deux jours auparavant le camion CGT poussait au risque tout ! D’ailleurs l’incompréhension règne, car l’on voit des cégétistes faire le tour pour que tout ce monde se disperse, et ce après 2 h de manifestation grand maximum, ce qui n’est pas ce qu’entendent faire les Gilets jaunes en présence…
Un semblant de cortège hétéroclite se dirige vers la rue de la République, mais la tentative est vite avortée au profit d’une course vers Antonin Poncet. Salve de lacrymos quasi immédiate et reculade de CRS en embuscade sur la place et nouvelle tentative avec gazage derrière. Cela va stagner dans ce coin de la place Bellecour au gré de gazage et autres manœuvres tandis que tout ce monde se disperse très lentement sans avoir réussi à trouver de brèche dans le dispositif policier. Quelques-uns se rendront rue de la République sans le gilet, mais sans succès vu leur petit nombre.

Quelques nouvelles de Paris

Manifestation syndicale du 12 décembre

Après l’allocution du premier ministre le 11 décembre, la CGT a appelé à une manifestation le lendemain, jeudi 12. Sur un relai médiatique parisien (« Démosphère »), le rendez-vous est censé être à 12 h à Nation.
En fait à cette heure il n’y a personne hormis les cars de Gendarmes mobiles.

La manif aurait « été décalée » pour 14 h vue la précipitation avec laquelle elle a été décidée. Vers 13 h arrive le service d’ordre de la CGT. Il est plaisant de constater qu’on peut aujourd’hui discuter avec lui. Il est vrai que parmi celui-ci figurent des enseignants (où sont passés les gros bras staliniens ?). Ils ne se font aucune illusion sur la manifestation puisque, selon leurs propres dires, elle a juste été décidée pour répondre symboliquement à Philippe et ne pas laisser trop de temps entre deux « temps forts ». Mais de « temps fort » il n’y aura là qu’une caricature, les manifestants étant bien peu nombreux et les drapeaux gauchistes plus nombreux que les grévistes. Même les autres syndicats ne sont pas là.

En fait, pour être juste, il y a eu des appels à faire de petites manifestations locales à la suite des AG de grévistes du matin.

Dernière impression : les membres de base du SO de la CGT se demandent en fait pourquoi ils sont là et ils ne semblent pas tant craindre d’hypothétiques BB que la police. Je les renseigne sur ce qui s’est passé le 10 décembre à Lyon entre SO CGT et bacqueux et ils semblent persuadés d’être dans le collimateur de la police depuis la manifestation du 1er mai 2018.

La courte manifestation se passe sans incident.

Manifestation des Gilets jaunes le samedi 14 décembre

Le départ a été fixé à 13 h 30 à la station Trinité proche de Saint-Lazare qui se trouve sur l’une des deux lignes automatiques du Métro qui fonctionnent à plein. C’est une manifestation déclarée par le groupe de Gilets jaunes « Décla ta manif1» qui est plus ou moins dirigée par une femme très combative ancienne de Nuit debout, mais très contestée par ailleurs pour sa ligne « autonome » par rapport à d’éventuelles convergences. Dis autrement, elle est accusée de sectarisme et de trop se mettre en avant. C’est ce groupe (création le 28 décembre 2018) qui a appelé à la première manifestation parisienne déclarée le 5 janvier 2019 pour que les manifestations puissent perdurer malgré la répression.

Le rendez-vous pour les acharnés a été fixé à 10 h 30 et effectivement, à cette heure-là il y a déjà une cinquantaine de Gilets jaunes qui font du bruit et affichent pancartes, chantent slogans. Leur nombre monte vite à 100-150.

De nombreux tracts sont échangés. « Plateforme jaune » s’oppose à la fausse démocratie qui n’est en fait que la « démocratie patronale ». Elle s’oppose à tous les RIC et autres RIP et appelle à des comités de lutte avec délégués révocables. Le groupe « Gilets jaunes constituants 91 » distribue un tract plus inquiétant dans un « manifeste politique » antimondialiste et contre les principaux ennemis que sont la finance et la spéculation. Sans être fasciste, la tonalité est souverainiste. Il n’est d’ailleurs pas fait référence au peuple (contrairement à « Décla ta manif »), mais au « peuple français ». Un autre groupe de constituants « les ateliers constituants » proposent un programme plus classique autour de l’instauration du RIC au cours d’une première phase de transition démocratique œuvrant pour une nouvelle constituante. La continuité de ce processus réglerait le problème de la révolution et des forces de l’ordre qui pourraient garder leur fonction pendant cette période et ne pourraient donc que se rallier au mouvement.

Des manifestants originaires de Belgique distribuent un tract sur leur résistance réussie à la réforme de la retraite par un système à points. Ils rappellent que cette réforme est impulsée par l’Union européenne.

Un « Manifeste communiste » contre l’argent est aussi largement exposé. Bref, une sorte de cour des miracles politique, mais avec une proportion importante de « visiblement pauvres » d’un âge assez avancé. Beaucoup plus d’hommes que de femmes aussi.

La manifestation va faire le tour des beaux quartiers, mais pas ceux de la consommation de luxe comme en décembre de l’année précédente, mais ceux des belles habitations du XVIIe arrondissement en direction de la porte Champerret pour finir à la Défense. La manifestation est complètement encadrée : devant, derrière, sur les côtés, il est quasiment impossible de la quitter. C’est semble-t-il le cas tous ces derniers samedis. Il y a environ 2000-2500 personnes avec des participants un peu plus mélangés en âge, sexe et origine sociale.

Aucun incident, même si quelques apprentis BB gueulent ACAB de temps en temps. Les gens discutent beaucoup par groupes. On me montre six manifestants du groupe Ananas lié à Dieudonné ! Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils sont entre eux.

La manifestation se disperse sans incident sur l’esplanade vers 17 h. Un rendez-vous « sauvage » est suggéré vers les Halles…

Manifestation syndicale du mardi 17 décembre

Le rendez-vous est à République à 14 h. Forte présence des Gilets jaunes qui, dès 12 h 30 montent sur la statue, lancent des fumigènes et font un foin de tous les diables. Les passants et autres manifestants font des photos.

Un ordre de cortège a été établi (comme d’habitude à Paris il est tiré au sort entre syndicats) et cette fois la CGT est reléguée en queue ce qui ne va pas lui permettre de faire régner l’ordre comme elle a su le faire le 10 décembre. Ce sont les étudiants puis la FSU qui sont censés ouvrir le cortège. En fait, c’est l’imbroglio complet, car la police est venue fermer la manif derrière un présumé cortège de tête qui n’existe pas. Le but est, dès le départ, de scinder la manifestation en plusieurs tronçons. Alors que les manifestants en aval des cordons et camions de police essaient péniblement d’avancer, les manifestants qui se sont retrouvés en amont essaient de revenir en arrière. Pagaille monstre. Les manifestants en amont essaient de repousser les forces de police en poussant sporadiquement, mais il y a peu de détermination, une incompréhension par rapport à la stratégie policière plus qu’une révolte contre celle-ci. Finalement, au bout de presque une heure de tergiversations la police abandonne l’idée de scinder la manifestation (peut-on appeler ça une victoire de notre part ?) et nous progressons en un seul cortège, mais complètement encadré devant derrière et surtout sur les côtés. Toutes les rues adjacentes sont bloquées par des cars ou camions et des forces de l’ordre qui semblent insensibles aux quolibets et aux remarques indignées. Mais, plus dangereux, de temps en temps, les forces de l’ordre dont certaines doivent rester mobiles, peinent et prennent du retard ; elles déboulent alors sur les trottoirs par groupes de 50 ou cent en bousculant littéralement tout sur leur passage au risque de chute de manifestants qui ne se retireraient pas assez vite. Quand on leur fait remarquer, ils répondent par la menace.

Cette situation va perdurer jusqu’à Bastille où un regroupement partiel s’effectue. Quand elle repart, elle semble encore avoir perdu de son dynamisme qui n’était déjà pas évident. Par ailleurs la police se fait de plus en plus présente (le retour d’une « police de proximité » en quelque sorte) et les provocations policières vont commencer à partir de Reuilly-Diderot. Les grenades explosent et une charge s’en suit, matraque au vent. Résultats quelques blessés à la tête (apparemment peu grave) soignés par des street medics. Les manifestants hésitent, beaucoup reculent puis finalement on avance de nouveau et cinq minutes ne se sont pas passés que l’on ne voit des bacqueux courant sur le côté faisant une incursion sauvage au milieu de la manifestation et en fait la traversant sans que l’on sache après qui ils en ont. Sans doute leur a-t-on fait savoir qu’il y avait quelques hommes en noir qui se regroupaient.

Les manifestants en sont quittes pour la peur. Plus rien ne se passe jusqu’à Nation où sporadiquement s’échangent lancers de projectiles divers contre grenades. À partir de 17 h 30 la police annonce qu’elle va évacuer la place. Avec la tombée de la nuit, les projectiles redoublent, les gaz aussi. Fin de l’épisode.

J.

  1. Sur leur tract, on peut lire un écusson indiquant : « Gilets jaunes pour la démocratie ». Le pouvoir au peuple, dissolution assemblée nationale, création d’une constituante. Dans sa déclaration de principe le groupe s’adresse « au mouvement » en dehors donc de tous les corps intermédiaires et militants. Le groupe se veut un lieu d’accueil des convergences de toutes les urgences : politiques, sociales, écologiques. Son vœu d’une manifestation à la fois non violente et déterminée est néanmoins entachée d’une forte empathie pour les forces de l’ordre qui ne seraient pas majoritairement contre nous. []

Compte rendu de la manifestation « unitaire » du 14 décembre à Lyon

14h. Brotteaux

Des Gilets jaunes 400 environ blottis contre la gare des Brotteaux alors qu’une fine pluie donne le ton de la future manifestation. Pas l’ombre d’un syndicat, mais par contre des drapeaux LFI car il y aurait un appel aux partis à rejoindre cette manifestation… pourtant l’appel « unitaire », qui n’a rien d’un appel de Gilets jaunes, semblait bien permettre aux syndicats de venir, d’autant que c’est la seule vraie justification pour un parcours déposé en préfecture. Nous allons donc goûter à la convergence faite à nos dépens.

La banderole de tête portée tour à tour par des Gilets jaunes de bonne volonté à pour inscription « Pour nos droits » avec une signature : « Gilets jaunes Croix-Rousse », là aussi cela n’est pas très unitaire même au sein des Gilets jaunes.

Démarrage de la manifestation vers 14 h 20 qui semble déterminée, mais la succession des rues et des avenues vides va donner un ton mortuaire à tout cela. Aux abords de la Part-Dieu vague tentative d’avancer, mais le cortège bloque toute initiative. Passage sur l’avenue Garibaldi à proximité des Halles-Paul Bocuse bien gardées par 3 camions de GM.
Arrêt, mais on sent bien que ce n’est pas là que quelque chose pourrait se passer. Suivent des tentatives, rapidement circonscrites, de bifurcation tandis que monte chez certains la conscience que cette manifestation nous balade, au sens strict du terme. L’exaspération monte notamment au moment de quitter Garibaldi pour prendre la direction de la Guillotière. Une personne avec un mégaphone (du NPA ?) s’emploie à faire avancer tout ce monde dans la « la bonne direction » alors que la voie est libre : la combine fonctionne et cela redémarre ! Des militants du NPA sont bien présent mais qui agissent, de fait, à l’insu de tous.

Direction la Guillotière et le cortège va s’échouer devant le pont du même nom, grille devant et GM de chaque coté. Cela stagne, certains s’énervent d’une manifestation aussi calme tandis que d’autres font tourner un mot pour se rejoindre à Bellecour, mais nous n’y trouverons quasiment personne. La « balade du samedi » des Gilets jaunes est finie à 16 h 30.

On apprendra que ce type de manifestation se décide en AG interluttes avec des représentants des « Gilets jaunes ». Qui sont ces « représentants », qui ne veulent pas apparaître comme responsables de pareil cortège mortuaire, demande des éclaircissements…

Comptes rendus des journées du 5 et 7 décembre à Lyon

La grève du 5 décembre

Environ 30 000 personnes. Par rapport à Paris et aussi par rapport à la loi-travail, pas l’ombre d’un service d’ordre par la CGT qui laisse la manifestation s’organiser, ce qui fait qu’un cortège de tête multiforme se met spontanément en place avec les Gilets jaunes, plutôt plus présents que prévus, les étudiants et lycéens et diverses personnes ou groupes qui ne se sentent ni liés à un syndicat ou à une organisation. Quelques LGBTQI+ aussi. Tout cela forme un gros groupe d’environ 3 à 4000 personnes. Quand le cortège s’ébranle ce groupe avance à marche forcée et serrée ce qui donne une impression d’intensité et de force, mais l’ambiance reste relativement décontractée, malgré la présence de la police qui ouvre un peu avant la marche, mais reste discrète sur les côtés et rues adjacentes. Entre Garibaldi et Saxe-Gambetta la manifestation commence à se scinder car, volontairement ou pas, le cortège syndical marque le pas et prend ses distances. Mais la tête de manifestation attend la jonction. Cela se reproduit à hauteur de la rue Créqui et peu avant Saxe. Le temps d’attente permet un resserrement du groupe de tête qui fait quasiment du corps à corps comme s’il ne formait qu’un ensemble. Le stationnement sur place s’éternisant, la présence d’une banque va cristalliser l’attention de certains manifestants. De la peinture et les premiers projectiles volent sur la façade ; un container de bouteilles est renversé et le contenu répandu par terre. Pourtant peu de personnes s’en emparent comme si ce n’était pas l’objet, comme si la masse et l’intensité de cette partie de cortège suffisaient à prouver la détermination. Sans sommation, en tout cas on ne l’a pas entendue, les forces de police bombardent la manifestation sans distinction, à l’aide de lacrymos particulièrement efficaces. Ce qui faisait la force du cortège, à savoir sa densité quand il avançait devient sa faiblesse à partir du moment où il recule. Le pire est évité car on aurait pu se piétiner mutuellement. La boulangerie qui fait le coin est prise d’assaut pour s’y réfugier. Une personne au moins a perdu connaissance et est étendue dans la boulangerie. On ouvre les portes qui donnent sur l’autre côté de façon à donner de l’air aux personnes en difficulté.

Retour au calme jusqu’à la Fosse-aux-ours. Devant le pont de la Guillotière les forces de l’ordre ont dressé des barrières et disposé leurs camions. Ils enserrent les côtés donnant sur la préfecture et le pont et cherchent à presser les manifestants le long du quai, ce qui est le trajet prévu. Ceux de tête ne sont pas décidés à obtempérer. Les premières escarmouches éclatent avec gaz et début de charges. Les manifestants s’éparpillent et certains, sur le bas port, sont abondamment arrosés de gaz lacrymogène. Ceux restés sur le quai avancent presque au contact et après une nouvelle petite charge, la police recule et une partie se replie par les escaliers, pas sûre du tout de sa sécurité, car descendre des escaliers à reculons quand on est harnaché comme ils le sont n’est pas une mince affaire.

À noter que le début de la manif CGT a aussi goûté de la lacrymo ce qui lui permet sans doute de mieux comprendre ce qu’on vit depuis plus d’un an.

Repli sur Jean-Macé par l’avenue Berthelot. Nous ne sommes plus qu’un petit millier. Visiblement la masse des manifestants s’est littéralement évaporée n’allant même pas jusqu’au terme prévu. Une preuve s’il en est que le gouvernement n’a pas trop à craindre de la rue, le pilonnage médiatique… et militant sur « le niveau jamais atteint de répression » ayant porté ses fruits.

À Jean-Macé alors qu’un militant du camion CGT essaie de résister à la débandade en faisant état des actions à suivre, il ne tarde pas à s’apercevoir qu’il parle dans le vide ou à personne et il plie bagage. La police peut alors donner libre cours à de nouveaux gazages qui se succèdent pour répondre à quelques projectiles. Cela va durer une bonne heure avant dispersion progressive.

Pendant ce temps à la Bourse, une AG étudiante et une autre enseignante envisagent l’action à suivre en présence de Gilets jaunes. Des allers-retours donnent lieu à un appel à manifestation le lendemain (vendredi 6) et à rejoindre la manifestation des Gilets jaunes le samedi 7… mais au départ de Jean-Macé. Comprenne qui pourra !. L’argument donné serait que l’hypercentre sera occupé par la fête des Lumières et inaccessible. De plus pas question de troubler la fête pour les syndicats.

Nous nous élevons contre cette décision de lieu de départ, mais trop tard car restés trop longtemps sous les gaz nous sommes arrivés à la fin de l’AG et n’avons pu discuter qu’avec ceux qui en sortaient. Nous nous adressons à quelques Gilets jaunes qui ont l’air content, dans l’ensemble, que les salariés et syndicats nous « rejoignent enfin ». Nous avons le plus grand mal à expliquer notre position comme quoi le rendez-vous de Jean-Macé, lieu traditionnel de manifestations syndicales, est plutôt le signe du ralliement des Gilets jaunes au giron syndical et nous émettons aussi les plus grands doutes sur cette déclaration d’unité.

La manifestation du 7 décembre

Et ça n’a pas manqué. À Jean-Macé à 14 h, pas de syndicat ! Juste une camionnette de Solidaires qui partira à la première grenade et des syndicalistes bien sûr, mais à titre individuel. On apprendra par la suite que la déclaration de manifestation a été faite par le groupe de Gilets jaunes de Lyon-centre, les syndicats s’étant défilés à la dernière minute. Le trajet est prévu jusqu’à la place Guichard (c’est donc en gros un « Bastille-Nation » entériné par les responsables d’un groupe de Gilets jaunes !), mais la manifestation, très conséquente (2000 personnes, de ce point de vue là c’est un succès pour Lyon) ressemble plus à un cortège de tête qu’à une manifestation. De fait, on n’a pas encore fait 200 mètres qu’une partie des manifestants quittent la manif pour prendre la rue Montesquieu mais cela ne dure qu’un temps. Au croisement de Saxe-Gambetta plutôt que de suivre le chemin déposé, c’est l’avenue de Saxe qui est empruntée. Après la place Bahadourian a lieu un sévère gazage de même pas 10 flics seuls et bien distants. Tout le monde réintègre par différents chemins la manifestation qui s’est poursuivie sur le tracé officiel et retour au calme jusqu’à la Place du Pont. La police qui était restée présente mais discrète (ouvrant la marche et gardant les rues adjacentes comme durant le jeudi 5), se fait pressante et cherche à nous empêcher de progresser vers Guichard. Nouveaux gazages mais très intenses et incommodant toute la population alentour. Une partie de la manif se dirige vers la préfecture où, bien évidemment elle se retrouve bloquée et bifurque vers la place Guichard où il n’y a même pas une prise de parole. Un « cortège » très distendu redémarre et va errer dans le 7ème jusqu’à se rendre à la Fosse-aux-ours, mais toujours dans l’impossibilité de passer en manif en presqu’île.

Une partie des manifestants occupent la police qui a été obligée de fermer le pont occasionnant des embouteillages monstres et un certain affolement chez les touristes qui tentent de rejoindre la presqu’île.

Nouveau gazage. Nous décrochons car l’abcès de fixation nous semble suffisant et nous essayons individuellement de gagner la presqu’île. Après un long face à face la police dégage le carrefour et les alentours.

Une fois de plus nous sommes rivés à cette maudite rive gauche du Rhône qui a enterré nombre de nos manifestations de Gilets jaunes, mais cette fois nous n’y avons pas été poussés et forcés par la police, se sont des Gilets jaunes qui l’ont choisie comme lieu de rassemblement !

Manifestation du soir contre la fête des Lumières

Pendant tout l’après-midi, l’info sur la manif anti-fête des Lumières de 19 h a circulé parmi les manifestants… mais ne semble pas avoir préoccupé la police, alors pourtant que de gros affichages ont été effectués dans Lyon les jours précédents. Si au rassemblement à l’heure dite au Pont Lafayette rive gauche du Rhône, nous ne sommes qu’une grosse cinquantaine, le groupe grossit vite et quand nous arrivons aux Cordeliers nous sommes bien 200. Nous abattons vite fait bien fait les barrières de filtrage au grand dam des quelques policiers et agents de sécurité placés ici pour le filtrage. Nous sommes entrés dans la zone réservée à « la fête » et nous allons y défiler pendant presque une heure et demie avec des slogans plus ou moins réussis. Nous profitons du fait qu’il n’y a pas encore trop de monde parmi les visiteurs pour être bien visible et il y a quand même suffisamment de monde pour que la police n’intervienne ni immédiatement ni violemment. Elle a été prise de surprise, il faut qu’elle se réorganise, elle est aussi gênée par le fait qu’elle ne peut déplacer ses véhicules et son armement. On peut parier que Collomb a été averti et qu’il doit modérer le préfet pour ne pas qu’on lui sabote « sa fête ».

À 20 h 30 les manifestants sont nassés à hauteur des Cordeliers, mais un nassage mollasson qui permet, à quiconque le désire, de quitter individuellement le groupe principal de manifestants. Si bien qu’alors que les forces de l’ordre poussent le gros des manifestants vers les quais et vont bientôt contrôler leur identité, un nombre presque équivalent de personnes joue à pousser la police en les encerclant de fait, mais symboliquement. Le gag est parfait, mais les agents de sécurité et la police remettent les barrières en place. La « fête » peut alors vraiment commencer.

Quelques remarques et réflexions suite à la réunion Temps critiques

Réunion Temps critiques à Lyon les 22, 23 & 24 novembre 2019

— Elle a permis la participation/intégration de nouveaux venus.

— L’après-midi du samedi sur les Gilets jaunes a facilité la rencontre. Le revers de la médaille est qu’on a passé pas mal de temps dessus et qu’il est difficile de « bouillonner » toute une journée.

Mais il était logique de passer du temps sur ce qui constitue notre première intervention non sur le mouvement, mais dans le mouvement, à travers l’expérience du Journal de bord à Lyon.
Lire la suite →