Quand des communisateurs colmatent leur barque avec du racialisme

Aujourd’hui, pour nombre de communisateurs, les points de vue partiels ou particularistes de genre et de race viennent relayer et se substituer au point de vue ouvrier partiel qui le précédait jusqu’au début des années 70 dans le cadre de la théorie du prolétariat ; théorie de classe, « point de vue ouvrier » pour les opéraïstes. Là où il y avait hiatus entre prolétariat et communisme les « communisateurs » ont mis en place un concept qui, pour eux, leur permet de combler ce hiatus, mais en renvoyant tout à la structure impersonnelle du capital. Devant cette abstraction puissance élevée à la puissance dix mais laminée par le courant dominant des particularismes, la théorie communiste se mue en opportunisme par rapport aux différents points de vue partiels dont les vagues font peu à peu céder tout point de vue universaliste et « à titre humain ». Mais alors que la communisation, emplie d’althussérisme implicite — tout en étant un concept et un mouvement critiquable — restait encore dans le cadre de la critique du rapport social capitaliste, on ne voit pas ce qui pourrait relier les intersectionnalités désormais intégrées par Théorie communiste, avec la communisation, justement. Plus, il n’y a aucun rapport. Sauf à penser que les « racialisés » et les « genrisés » soient les nouveaux agents actifs de la communisation dont, pour la plupart, ils n’ont même pas l’idée parce qu’ils ne produisent aucune critique de ces mêmes rapports sociaux capitalistes ; sauf à croire que ce que TC nomme le « dépassement à produire » est déjà à l’œuvre dans les pratiques qui cherchent à rendre visibles les « discriminations » de genre, de race ou vis-à-vis des religions.

Lire la suite →

État réseau et politique du genre

Nous mettons à disposition une récente correspondance qui rentre dans le cadre des discussions autour du livre Rapports à la nature, sexe, genre et capitalisme plutôt que de la seule question de l’État-réseau parce qu’il est important de préciser les réalisations pratiques de ce dernier pouvant étayer nos thèses.

Lire la suite →

Échange avec Le Cri Du Dodo : prolétariat, sujet historique, genres et théories de la valeur

Mis en forme ci-dessous un questionnement en provenance du journal anarchiste de critique sociale Le Cri Du Dodo auquel répond J.Wajnsztejn sous la forme d’un article. A noter que cette réponse intègre des remarques sur le texte « Du prolétariat à l’individu » traduit par Le Cri Du Dodo depuis la revue américaine Wilfull Desobediance.

Lire la suite →