Quelques remarques sur les textes rassemblés dans la revue Ni patrie, ni frontière (NPNF) autour des Gilets jaunes (N°61 ET 62-63)

Cela a fait l’objet de deux livraisons successives, la première en décembre 2018, la seconde en septembre 2019. La plupart des textes recensés consistent en des dénonciations pures et simples du mouvement des Gilets jaunes ou même des Gilets jaunes en tant qu’individus ou masse quand il leur est dénié le caractère de mouvement. Et ce, pour des raisons multiples qui vont de son « confusionnisme » à sa proximité avec l’extrême droite en passant par un populisme douteux au regard, du moins on le suppose, de la figure toujours sans tache d’une classe ouvrière ou d’un prolétariat essentialisés. En contrepoint de ce vacarme « anti » figurent des brochures de la revue Temps critiques et un texte d’Alain Bihr dans le premier livre ; la suite des brochures de Temps critiques, un texte de Max Vincent et un autre d’Henri Simon mêlant intérêt et critique1 dans le second. Nous n’insisterons pas ici sur ces derniers textes, mais plutôt sur ceux largement plus nombreux qui se livrent à une attaque en règle des Gilets jaunes.
Lire la suite →

  1. – En note page 1 de l’introduction de la seconde livraison : Désorientation face aux Gilets jaunes, Y.Coleman s’explique sur le pourquoi de leur présence au milieu des autres. []

Vers l’éclatement…

D’un côté, pour les assemblées qui envoient des délégués à l’Assemblée des assemblées (AdA), le fait que le mouvement ait une origine de ronds points et de blocage des péages, s’efface comme si l’exemple de l’assemblée de Commercy avait été repris de partout et immédiatement, alors qu’il est resté une exception pendant tout un temps, même s’il y a eu rapidement une assemblée à Toulouse qui s’est structurée autour des 48 revendications. De là l’idée que toutes les stratégies ou modes d’action sont possibles et même complémentaires, Black Bloc compris dans ce qui est conçu comme une sorte de libre choix selon ses appétences et compétences. Chacun à sa place et à sa place dans une division du travail qui n’est pas critiquée parce qu’elle est comprise à l’intérieur de l’hypothèse de l’horizontalité des fonctions. Une vision très post-moderne, bien en phase d’ailleurs et c’est un paradoxe, avec le macronisme.

Ce qui était encore lié pendant novembre-janvier (blocages, manifestations, assemblées populaires ou citoyennes, soutien aux grévistes) se délie et se délite. Les spécialisations apparaissent et chacun défend ce qui est devenu son pré-carré. Il y a alors division entre « ceux qui font des choses » avec une subdivision interne entre « ceux qui font des choses » qui ne servent à rien et ceux qui font des choses qui servent d’une part, et ceux qui ne font rien … que de critiquer, d’autre part.

Le leitmotiv qui est de dire qu’il faut respecter chacun et ne pas donner de leçon ; que de toute façon tout est complémentaire n’est en fait pas (plus) tenable. Il y a maintenant trop d’arrières pensées en coulisse et des restes de position de classes qui refont surface entre d’un côté, des positions de petite classe moyenne faites de soucis de respectabilité, de « donner une bonne image de marque », d’exigence de reconnaissance institutionnelles ; et de l’autre des positions de révolte de personnes précarisées, à la limite de la lumpen-prolétarisation. Cette dernière fraction non seulement privilégierait les actions illégales voire violentes, mais elle serait bloquée sur les attaques contre les personnes (et les biens) et des objectifs finalement trop quantitatifs et que le gouvernement pourrait finalement accordées pour faire cesser le mouvement. Elle aurait oublié les « valeurs » et les buts profonds du mouvement qui ne sont pas d’ordre matériels. De fait cela revient à opposer fin du mois à fin du monde, à opposer ceux qui veulent remplir le frigo et ceux qui pensent qu’il faut réduire la consommation, opposer l’avoir et l’être dans un moralisme confondant.

Pour certains GJ, les idéaux du mouvement auraient été sacrifiés à une sorte de consumérisme latent1. Pourtant, les slogans et chants liés à la Révolution française ne sont-ils pas l’expression « d’idéaux ». On a l’impression que les uns jouent Condorcet et le droit de pétition alors que les autres jouent « les aristocrates à la lanterne » !

Pour les uns il ne s’agit pas (plus) de s’attaquer au « système », ce qui étai pourtant le point de départ du mouvement et lui a valu d’être stigmatisé comme populiste par les politiques et les médias.

JW, fin juin 2019

  1. Cf. un tract non signé, mais diffusé par le groupe Lyon-centre à la réunion de préparation de l’AG départementale qui s’intitulait : « Gilets jaunes, quel est votre… métier », une critique humoristique d’un des slogans les plus repris dans les manifs : « Gilets jaunes, quel est votre métier ? Aouh, ahou, ahou » en référence aux guerriers spartiates et au film 300 []

Commentaire critique de l’article de C.Hamelin « Le RIC en dehors des rets de l’oligarchie »

Commentaire critique de l’article de C.Hamelin Le RIC en dehors des rets de l’oligarchie en réponse à notre article Dans les rets du RIC.

Pour Christophe Hamelin le RIC signerait un changement qualitatif par rapport aux luttes sociales parce qu’il ne serait pas une revendication sur des droits comme dans les revendications syndicales, mais une revendication politique parce qu’à la base d’une prise de décision. Arrêtons-nous sur ce point.

D’un côté, il semble abusif de dire que les luttes sociales sont des luttes pour des droits ou alors c’est les réduire à des luttes syndicales. Les grèves sous le Front populaire et le mouvement de Mai 68 étaient-ils des luttes pour des droits ? Et la période du Mai rampant italien qui court de 1969 à 1973 était-elle réductible à une lutte pour des droits ? Non bien évidemment et le mouvement des Gilets jaunes ne peut-être lui-même pensé comme un mouvement pour des droits ou alors il faudrait entendre cela au sens large et moral d’une lutte pour un droit à la dignité.

Et de l’autre, il est difficile de savoir ce qu’est le RIC. Est-ce seulement une revendication ou un moyen de faire aboutir des revendications ? Si c’est un moyen alors on peut dire qu’il est utilisable dans le cadre d’une lutte pour les droits comme on peut s’en apercevoir en lisant les revendications d’origine des GJ (« droit au travail dignement rémunéré », « droit au logement décent ») où on retrouve des thématiques et problématiques proches de celles de la première constitution de 1946 qui incluait le droit au travail par exemple, mais qui ne verra jamais le jour). Il n’a aucune sorte de supériorité par rapport à d’autres expressions du rapport de force comme les manifestations ou grèves contrairement à ce que dit Chouard qui pense que le RIC rendrait caduques ces formes parce qu’il ne conçoit rien en termes de mouvement ou de lutte, mais tout en tant que forme immédiate d’expression populaire. Ce qui, soit dit en passant, recueillerait facilement l’assentiment des patrons et de l’administration centrale. La position d’Hamelin sur ce point n’est pas claire.

D’un côté Hamelin dit que les manifestations ne seraient pas rendues caduques par l’existence du RIC, en cela il s’éloigne de Chouard ; mais de l’autre il considère que la manifestation se situe dans le contexte de la démocratie républicaine ce qui est une vision bien trop réductrice et quasiment syndicale de la manifestation. Une telle qualification non seulement est fausse historiquement si on remonte au temps des émeutes et des insurrections du tournant du XIX et XXème siècle, mais elle s’avère déplacée aujourd’hui. En effet, la manifestation typique des Gilets jaunes retrouve des allures spontanées, sauvages (pas de déclaration de trajet), voire émeutières à tel point que le pouvoir et « l’oligarchie » pour parler dans les termes d’Hamelin, en ont grandement peur et visent à la contenir par tous les moyens possibles (lois anticasseurs, fouille et confiscation de tout ce qui permet de se protéger, interdiction de manifester). Dans cette forme primitive de lutte que lui a redonnée le mouvement des Gilets jaunes, la manifestation n’est justement pas « incluse dans le Léviathan » comme l’affirme Hamelin parce que de fait, de par son existence effective, elle est remise en cause de l’ordre étatique et deson monopole de la violence légitime. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui fait que la fameuse « convergence » que tout le monde souhaite ou craint, c’est selon, ne se produit pas. Le mouvement des GJ, sans être révolutionnaire — même si sa référence principale est la révolution française — rompt avec la démocratie républicaine dont parle Hamelin et par là-même il rompt avec tout ce qui est acceptable de ce point de vue (la manifestation déclarée, encadrée et responsable). En conséquence, les politiques le traitent de « factieux » et les médias grand public qui un temps l’ont accueilli relativement favorablement, le dénoncent aujourd’hui comme anti-démocratique parce qu’il ne respecte pas les élus « qu’il va aller chercher », qu’il est contre la liberté de la presse parce qu’il ne supporte pas que celle-ci surinterprète sa parole et mente, etc.

Pour Hamelin « L’État n’est pas l’ennemi car il n’est que le bras armé du privé ». Du point de vue de l’analyse théorique nous sommes en désaccord avec ce point et d’ailleurs, au détour d’une phrase il nous dit que la société est aujourd’hui complètement étatisée. Mais cette position nous paraît aussi peu adaptée à la situation du mouvement des Gilets jaunes qui, justement, voit L’État comme ennemi soit parce que le personnel politique est corrompu soit parce qu’il serait au service de la finance et des multinationales du CAC 40, autant de puissances inatteignables pour le mouvement des Gilets jaunes qui se rabat donc sur l’ennemi de proximité. C’est seulement l’UPR et la revendication du Frexit qui par son souverainisme néo-gaulliste considère que l’État n’est pas l’ennemi et qu’il faut simplement lui redonner de la souveraineté. Mais pour la grande masse des Gilets jaunes, c’est L’État qui est l’ennemi de proximité à travers ses forces de l’ordre et ses politiciens et non pas le patron qui donne du travail parce qu’il est conçu sous la forme de l’artisanat ou de la PME. Ce rapport favorable aux « petits » contre les « gros » se retrouve dans la différence de traitement que les GJ infligent aux élus nationaux et à l’État d’un côté ; aux élus locaux de l’autre.

Le RIC peut être considéré comme le niveau de fixation du mouvement au niveau institutionnel et une façon qu’il a de se réintroduire dans le cadre démocratique tout en intégrant une critique partielle du système représentatif (limiter les prérogatives des élus plus que le principe de la représentation lui-même puisque la question du vote traditionnel n’est posée qu’à travers la prise en compte du bulletin blanc). Le RIC, ce n’est quand même pas la Commune ! Et c’est peut être pour cela que les Gilets jaunes sont obligés de désavouer toutes les tentatives de certains de leurs leaders qui veulent aller aux élections européennes. Les plus « politiques » d’entre eux voient la contradiction et cherchent à se présenter pour donner vie à l’idée du RIC, alors que le mouvement ne veut pas de représentants.

Pour Hamelin, la manifestation et la grève ne seraient plus des formes efficaces parce que la place du secteur privé par rapport au secteur public est devenue plus importante et la grève y est rendue plus difficile par la hausse du chômage. Mais que l’on sache, cela n’empêche pas les salariés de rejoindre les actions des GJ et même d’en être puisqu’on peut penser qu’ils ont acté le peu d’efficacité des dernières grèves y compris celles du secteur public, comme celle récente des cheminots. Pourtant, de ce constat ils n’en tirent pas la nécessité de passer à autre chose (cf. les professeurs des écoles qui préfèrent être Stylos rouges que Gilets jaunes) et le RIC ne les mobilise pas davantage.

Bref, on ne voit pas en quoi le RIC aggraverait les conflits avec l’oligarchie, sauf à ne considérer l’oligarchie qu’au sens d’Aristote qui opposait la démocratie du tirage au sort à l’oligarchie élective, mais cela se passait dans une société où le tirage au sort ne concernait de toute façon qu’une petite élite citoyenne elle-même bien peu démocratique. En fait, Hamelin conçoit l’oligarchie comme une caste politique dirigeante coupée des rapports de production et de ceux qui les contrôlent. Le RIC pourrait alors abolir le salariat comme Bernard Tapie voulait interdire le chômage. Il suffirait de s’en convaincre, puis de convaincre les autres électeurs en levant les raisons du scepticisme (finalement tout serait une question de communication).

Nous avons évoqué jusqu’ici l’hypothèse du RIC comme moyen, mais si c’est une fin, alors c’est que les GJ développent, sans le savoir pour la plupart, une thèse arendtienne en cherchant à ressusciter une sphère de la politique (et parallèlement « la vraie vie ») face à la « fausse vie » du monde de l’économie. Le RIC devient alors « un exemple d’intelligence collective du peuple » même si Hamelin fait remarquer qu’il faudra faire appel aux experts et aux intellectuels ; et qu’il n’est pas un outil mais « un principe politique de l’identification des problèmes à résoudre ». Cela a été effectivement le cas au début du mouvement avec la liste des propositions constitutionnelles et législatives posées comme relevant du RIC. Mais lister ce qui pourrait faire l’objet du travail d’une Constituante ne répond pas à l’urgence sociale qui a été à la racine du mouvement. Nous l’avons déjà dit cela reproduit la division/opposition qu’a connu la révolution française entre révolution politique et révolution sociale ; et l’on sait les conséquences humaines de cette division.

JW, le 2 mai 2019.

Tension vers la communauté humaine et formes de luttes : de Mai-68 à Notre Dame Des Landes ?

Ci-dessous une réponse de J. Wajnsztejn au texte Art et révolution – hier et aujourd’hui de D. Hoss présent sur ce blog. Cette réponse peut aussi être référée à la synthèse critique faite pour les journées d’Eymoutiers autour du thème :  Le capitalisme est-il l’horizon indépassable de l’humanité ?

Lire la suite →

Le capitalisme est-il l’horizon indépassable de l’humanité ?

Nous avons jugé bon de rendre compte1 de ces journées d’échanges organisées à l’initiative de Serge Quadruppani, au village d’Eymoutiers sis près du plateau de Millevaches dit aussi « de la montagne limousine ».

Nous vous en livrons tout d’abord le texte de présentation…

Réchauffement climatique s’accélérant hors de tout contrôle, montée des fanatismes et triomphe de la rapacité d’une hyper-bourgeoisie mondiale, chaque jour s’affirme un peu plus la conscience que des catastrophes vont s’accumuler, menaçant jusqu’à la vie même sur la planète Terre.

Le sentiment d’impuissance n’a peut-être jamais été aussi grand devant un système social qui semble indéboulonnable. Le capitalisme est-il l’horizon indépassable de l’humanité ?

Rencontres autour de livres qui racontent l’histoire et l’avenir d’une idée aussi solide que le capitalisme : sa remise en cause à travers l’auto-organisation des exploités ; de grands moments où la possibilité de rupture est apparue : mai 68 en France et la décennie insurrectionnelle en Italie ; les oppositions présentes à travers les luttes de territoires.

Lire la suite →

  1. publié sur le site Lundi.am le 1er octobre 2018 dans une première version []

Mai-68 au fil des jours… lumpenprolétariat, luttes des années 60-70 et révoltes des banlieues

Mai-68 au fil des jours… en écho avec ce qui se publie sur le sujet en ce printemps voici un complément à la brochure Mai 68 à Lyon : Trimards, Mouvement du 22 mars et mémoire rétroactive annexe au livre Mai-68 à Lyon. Retour sur un mouvement d’insubordination. Sort aussi notre nouvelle version de Mai 68 et le mai rampant italien.

Lire la suite →

Révolution à titre humain et tension vers la communauté humaine

Ce qui devait être une réponse à deux lecteurs abordant les mêmes questionnements s’est transformé, en cours de route, en un petit texte qui, nous l’espérons, apportera quelques éclaircissements par rapport à des notions que nous employons régulièrement, mais qui restent parfois obscures ou même sujettes à discussions entre nous.

Lire la suite →

Sortie de « Mai-68 à Lyon. Retour sur un mouvement d’insubordination »

J.Wajnsztejn, co-intiateur de la revue Temps Critiques dont ce blog est le prolongement, sort le livre Mai-68 à Lyon. Retour sur un mouvement d’insubordination, aux éditions À plus d’un titre en ce mois de février 2018.

En voici la présentation :

« Nous avons bien été battus, mais nous ne voulions pas non plus « gagner » ; ce que nous voulions, c’était tout renverser … ».

Mai-68 n’a pas été une révolution, mais plutôt un mouvement d’insubordination qui n’a pas connu son dépassement. Il trouve son sens dans le moment de l’événement lui-même, où les individus, au-delà de leur particularité sociale, sont intervenus directement contre toutes les institutions de la domination et de l’exploitation capitalistes.

À Lyon, étudiants du campus de la Doua, élèves du lycée Brossolette à Villeurbanne, jeunes prolétaires de la M.J.C. du quartier des États-Unis, trimards des bords de Saône, mais aussi ouvriers de Berliet dévoilant l’anagramme « Liberté » y ont joué un rôle de premier plan.

Mouvements ouvrier et étudiant paraissaient capables de converger à la faveur des liens tissés dès 1967 pendant les grèves exemplaires de la Rhodiacéta. Les conditions plus favorables de la grève généralisée en mai 1968 ne débouchent pourtant pas sur une union décisive et les grévistes de la Rhodiacéta n’assument pas le rôle d’entraînement auquel on aurait pu s’attendre, auprès des autres ouvriers de la région.

Le mouvement collectif, exubérant et anonyme connaît son acmé pendant la manifestation et la nuit du 24 mai. Son reflux se manifeste d’abord par l’attaque de la faculté des Lettres par l’extrême droite et les milices gaullistes le 4 juin, puis par la reprise du travail aux P.T.T. dès le 8 juin et à la Rhodiacéta le 10, même si à Berliet, la grève s’étire jusqu’au 20 juin.


Ni témoignage ni travail d’historien, Mai-68 à Lyon est le récit circonstancié et argumenté de ce mouvement par l’un de ses protagonistes, alors membre du Mouvement du 22 mars lyonnais et actuellement co-directeur de la revue Temps Critiques.

Prix : 12 € – 192 pages – ISBN 978-2-91748-656-6

La forme-valeur : une forme sans contenu, c’est-à-dire évanescente

Cet échange est une suite des échanges entre Camille et JW et a pour but d’éclaircir l’utilisation de la formulation forme-valeur sans avoir pour cela à faire une lecture entière, de notre livre L’évanescence de la valeur, L’Harmattan 2004.

Il s’agit ici de replacer la discussion autour de la valeur dans son devenir historique/politique et non pas simplement dans son cadre économique (les théories de la valeur) ou logique (la théorie de la forme-valeur). Lire la suite →